• Dans la petite gare d'Amance

    c'est toujours dimanche

    Que l'on soit lundi -mardi -mercredi -jeudi -vendredi -samedi

    c'est tous les jours

    dimanche

     

    Un train passe

    à six heures du matin

    -à midi trente

    -et très tard le soir

     

    Le ciel danse

    les arbres bougent

    lorsque clignote

    l'oeil rouge

     

    On entend de loin

    ce sifflement

    qui dérange

    le rêve du vent

     

    Puis retombe doucement

    la poussière du silence

    Le temps descend

    Le temps revient chez lui

     

    Il prend le temps

    de cultiver ses fleurs blanches

    entre les rails gris

    Eh oui

     

    Chaque instant change

    même si c'est tous les jours 

    dimanche

    dans la petite gare d'Amance

    ** 

    (Nota Bene:Il est vingt-trois heure trente

    Pour moi il se fait tard

    car je dois prendre mon train

    de la gare d'Amance

     

    Alors

    je vous dis au-revoir

    Peut-être à un autre dimanche

    si vous avez le temps

     

    d'attendre patiemment

    mon retour

    en pays

    aimant)

     

    Geraldine

     

  • Je ne parlerai pas

    de cette lumière
    sur les feuilles 
    de trèfle vert
     
    Je garde cela pour moi
     
    Mes paroles 
    effeuilleraient 
    la joie
    ...
    Geraldine

  • Mystère

    decouverte-Il n'y a rien

    du tout

    là-haut...

                                              

    -Mais il y a tout

    le secret

    des cailloux

          ...

    Geraldine

  • Fin d'exil

    Ferme 
    les yeux
    et retrouve
    ce pays absolu
    que tu avais depuis longtemps 
    perdu
    Toi-même
     
    Geraldine

  • A un amant trop entreprenant...

    Tu sais, 
    je suis aussi indépendante 
    que le bouton d'une fleur.
     
    Je n'obéis 
    qu'à ma propre loi
    d'éclosion.
     
    Geraldine

  • Rien ne sera oublié

    Pas une seule libellule
    un seul papillon 
    un seul oisillon
     
    Pas un seul pétale
    une seule brindille
    une seule épine
     
     Pas un seul ver
    une seule fourmi
    un seul escargot
     
     Pas un seul grain de sable
    une seule vague
    un seul coquillage
     
    Un mot
    suffit
    pour un regard
     
     Dans la nuit noire
    Tout est digne 
    de mémoire
    Geraldine

  • Clair-obscur

    Quand le soir tombe
    un simple regard 
    habite le noir
    et le tableau ressemble 
    au bonheur d'hier 
     
    L'oeil d'or de la lampe sur le seuil  
    Les joues rouges des fruits au bord de la corbeille 
    Les dents brillantes des ciseaux près du trousseau
    Le coeur éclos des roses dans le vase
    Les grains de bonté du pain au coin de la table 
     
    Puis votre regard  
    traverse la lumière
    et dépose 
    sur ce tableau
    l'ombre d'un remords
     
    Comment retrouver ce soir
    le bonheur d'hier 
    -sans son deuil?
    L'oeil d'or de la lampe
    sur le seuil?
     
    Geraldine

     

     

    Musique: Frederick Rousseau; Tears and rain

     

  • Sans titre

    Tes lèvres
    sur les miennes...
    Le plaisir
    effleure la peine.
    Geraldine

  • Ce Si Petit

    Ne jetons pas la brindille
    Ne lançons pas le caillou
    N'écrasons pas la fourmi
    Ne foulons pas les pétales
    Ne dispersons pas les grains de sable
     
    Ce Si Petit à nos yeux 
     
    chaque étoile
    le regarde
    Geraldine

  • Qui sera là?

     

    quete,nostalgie,partage

    Qui sera là demain 
    pour nous parler du jardin?
    Qui nous dira 
     
    le vert de la lumière 
    la rencontre de l'aile et de l'herbe 
    les notes écloses sur les branches
    la sieste fraîche des dimanches 
    ce petit peu de terre à pétrir 
    le regard que le caillou cache?
     
    Qui fera refleurir
     le temps du jardin 
    quand la saison sera noire?
     
    Y aura-t-il
    demain
    un veilleur d'histoire?
    Geraldine
  • Sans titre

    Démêler
    tes torts des miens?
     
    Ecoutons
    les feuilles du jardin!
    Geraldine

  • Ciel et être

    Tu m'as dit hier soir 
    avec une tristesse étrange 
    que le ciel -trop grand- 
    demeurerait à jamais 
    en dehors de toi 
    Malgré cette énigme
    tu respires
    tu existes à l'échelle
    de ton propre ciel
    Geraldine 

  • Mes sept secrets

    J'aime

    le chocolat glacé trempé dans le café chaud

    une musique douce lorsque mon coeur bat fort

    un dernier rêve avant le lever

    la bulle qui remonte le temps de l'enfance

    la feuille de printemps qui flâne dans le vent encore froid

    l'odeur de la vague à fleur de sable

    le souvenir d'un proche disparu qu'une étoile guide vers l'espace vivant

     

    L'inattendu quand je n'attendais plus

                                                     Et vous?

     

    Ce poème a été écrit en réponse à un tag que m'a gentiment proposé Flower.

    Je tague tous ceux/toutes celles qui voudront bien me lire, qui auront aimé cette aventure des sept secrets et qui souhaitent à leur tour poursuivre cette quête intérieure.

    A bientôt!

    Geraldine

       

  • Où es-tu

    mon amour?
    Aurais-tu disparu
    dans le murmure
    du jour?
    Geraldine

  • L'écriture, encore et toujours!

    Ecrire
    c'est aviver la douleur
    -en faire 
    une flamme 
    nécessaire 
    ***
    Que Tout 
    s'exprime
    et respire
    ici
    -même les points
    ...
    Geraldine

  • Sans titre

    Vivre 
    chaque jour
     
     un peu plus loin
    un peu plus haut
     
     faire le pari
    de l'oiseau
     
    Geraldine

  • Je sens la présence infinie de l'Ami

    Et je peins

    la lumière vive du chemin

    un nouveau jardin

    sur la toile silencieuse

    de mes yeux

     

    Dans ce jardin d'été

    chante la balançoire des brises

    luisent les verts cailloux

    sous le jet jeune et doux

    de l'eau claire

     

    On a déplié la nappe de dentelle

    disposé les fins couverts

    pour le thé de cinq heures

    Les feuilles du cerisier tremblent

    dans les tasses au reflet calme

     

    Comme bat l'aile de ta main

    au coeur de la mienne

    humble paume

    Puis c'est l'heure qui s'apaise

    Les bleus baisers se taisent

     

    Me voici corps ouvert

    Le jardin est là

    longue allée

    d'herbes veloutées

    et de fleurs agenouillées

     

    où tendrement s'avance

    ta belle ombre blanche

    Geraldine

  • Sans titre

    Soir sans étoile
    mon tiroir
    est vide
    Geraldine

  • Ecris

    pour l'astre sans nom
    pour la pensée qui tremble dans la nuit
    pour le signe lointain de l'ami
    pour les yeux clos
    pour le sourire ignoré des mots
     
    Et si quelqu'un te demande
    quel est l'Auteur
    qu'une voix proche de ton coeur
    doucement réponde 
    Le monde
    Geraldine

  • A Mademoiselle

    Mademoiselle 
    Dickinson Emily,
    votre voix s'est ouverte
    comme une fenêtre
    dans ma nuit...
    Geraldine

  • Sans titre

    Quand il ne fait pas beau,
    j'entre dans les mots...
    Geraldine

  • Rendez-vous

    J'écrirai 
    tant que durera le jour
    Je ne veux pas manquer
    la couleur des feuilles
    Geraldine

  • Veillée

    La lampe brille 
    dans la véranda
    L'oeil se pose
    sur toute chose
    Quelle bonté 
    d'être là
    .
    Geraldine 

  • Sans titre

    Je suivrai ce chemin
    jusqu'au bout
     
    Qui sait?
     
    Peut-être verrai-je
    fleurir les cailloux
    ...
    Geraldine

  • Eternel commencement

    Etre ami avec Soi 
    c'est se rencontrer
    dans le miroir 
    à chaque fois
    Geraldine

  • De nuit

    J'écris
    jusqu'au moment où 
    l'étoile s'éteint
    au bord du lit.
    Geraldine
     

  • Grand Père

     

    souvenir,nostalgie

    Là-haut 
    tu as sûrement gardé
    ta longue moustache
    ta chevalière ronde
    ton gilet noir aux boutons d'argent
     
    Un nuage passe
    Tu me salues avec ton gant 
    Geraldine
  • Le petit chemin du bois

     

    decouverte,amants,nature

    J'ai pris le petit chemin du bois 
    et le vent vert des feuilles 
    a caressé mes cheveux 
    comme une main de joie...
    Geraldine
  • Contact

    Aurai-je ce soir
    des nouvelles de mon coeur?
    Comme pour un voyageur
    qui revient de loin,
    saurai-je
    s'il va bien?
    Geraldine

  • Prière poétique

    Que la goutte d'encre
    fleurisse 
    sur chaque silence
    Geraldine