• La terrasse

     nostalgie

    Comme la brise est fraîche
    et gris le feuillage!
    Marthe, après avoir plié les chaises,
    emporte les dernières tasses.

    Au deuxième étage,
    s'allument quelques fenêtres
    avant que les volets
    un à un ne se ferment.

    Des mains alertes
    ont sûrement déjà sorti
    de la vieille
    armoire en chêne

    une couverture de laine
    plus épaisse
    pour le sommeil
    de la jeune Annie.

    Une voix répète
    qu'il faudra songer
    à éteindre la lanterne
    de la grille pour la nuit.

    Et moi je reste
    seule sur la terrasse
    car -qui sait?-
    peut-être entendrai-je

    dans mon regret
    un pas
    qui ne s'éloigne
    pas tout à fait...

    Géraldine Andrée

  • Le temps dans le Temps

    Hier encore, je voyais danser la lumière au-delà de la route.
    Puis, cette lumière est devenue hésitante;
    elle a même vacillé lorsque des ombres se sont avancées;
    un voile d'eau a tremblé à la cime des arbres
    comme s'il avait été provoqué par une récente tristesse.

    Aujourd'hui, je vois disparaître
    dans
    les grumeaux blancs de l'aube
    tout ce que le jour aurait pu être.
    Qu'est-ce que le Temps,
    sinon du temps
    dissous dans un autre 
    temps?

    Géraldine Andrée

  • L'aube des larmes

    Lorsque je pleurais jadis, cachée par les cheveux de la nuit, comme je voyais clair derrière le voile de mes larmes!
    Je voyais ce rayon qui coulait des étoiles et caressait les fleurs du rideau pour me consoler de l'absence du jardin -que j'avais quitté trop tôt parce qu'on m'avait punie.
    Mes yeux étaient si brûlants que j'avais soudain souvenance de la joie rouge des roses et de l'ardeur mauve des iris qu'allumait la brise au cours de sa danse.
    Et le chagrin sur mes joues m'annonçait que j'avais, en pleurant, baigné mon visage dans la rosée précoce d'une aube que mon coeur ignorait encore.

    Géraldine Andrée

  • Nuit étoilée

    decouverte, inspiration, reve

    Ne pas parvenir
    à nommer
    toutes les étoiles
    qui brillent
    à la fenêtre
    quel merveilleux
    échec

    signifiant
    que la nuit
    te laisse seule
    face à l'infini
    des mondes
    qu'il t'est possible
    de révéler encore!

    Et tes yeux
    demeurent
    grand ouverts
    jusqu'à ce que paraisse
    la blanche
    feuille
    du matin...

    Tu souhaites
    décrire alors
    avec autant
    de mots
    que d'étoiles
    tout ce qui durant
    une longue nuit

    n'a jamais
    été regardé
    et ne demande
    pour naître
    aujourd'hui
    qu'à être
    nommé.

    Géraldine Andrée

    Image: Nuit étoilée de Van Gogh

  • Au fil de la voix

     

    temps,nostalgie,espoir,partge,complicite

    Je me souviens de cette promenade
    Nous nous sommes assises au bord de la rivière
    et là où l'eau est à fleur de terre
    nous avons joué avec nos index
    à dessiner des cercles de plus en plus grands
    pour qu'ils se touchent avant de disparaître

    Nous avons parlé de tous les possibles
    L'amour peut-être
    les découvertes
    l'éventualité si douce
    de se retrouver un jour comme ce jour d'été
    sans que nos yeux aient changé

    Nous n'étions certaines de rien
    mais nous y croyions tout de même
    Oui je me souviens de ce temps clair
    où l'une pouvait se voir
    dans les mots de l'autre
    pendant que la rivière 

    glissait dans
    la lumière
    -emportée par le murmure
    de son propre courant

    Géraldine Andrée

    Image: Une Baignade à Asnières, 1883-1884, de Georges Seurat  

  • Evidence

    Numériser0003.jpgPeut-être
    qu'il n'est nul besoin
    de chercher
    quoi que ce soit

    aucune réponse
    aucune solution
    aucune formule
    aucune vérité

    car tout est

    rond comme le fruit
    plein comme le verre
    chaud comme le pain
    tendre comme la mie

    Peut-être
    qu'il n'est nul besoin
    d'aller au-delà
    de ce qui est là

    parce qu'on l'a trouvé
    avant de l'avoir cherché
    -Est précieux
    ce qui est

                    devant nos yeux

                     Géraldine Andrée