L'année dernière,

L'année dernière, je me suis beaucoup promenée sur les chemins.
J'aimais leurs parfums, leur insouciance, leur don d'enfant à avancer dans la lumière.
Pour les chemins, l'instant est toujours neuf: à chaque pépiement d'oiseau, à chaque frisson de feuille, à chaque étincelle posée par le soleil sur les branches, le temps recommence.
Les chemins ne jugent pas; ne condamnent pas; ne remontent pas vers le passé; ils mènent le promeneur vers l'instant futur et la destination est proposée dans l'absolue liberté: on peut l'atteindre ou aller au-delà, plus loin, encore plus loin.
Eternelle tolérance, merveilleux choix qu'offrent les chemins dans la campagne au matin.
Ce que j'ai fait l'année dernière -avancer pas à pas- est donc très bien.
En la naissance de cette année, je souhaite devenir moi-même
Chemin.

Et je vous souhaite la pareille:
croisons-nous,
rencontrons-nous,
Chemins au soleil!

Géraldine Andrée

Commentaires

  • Nous suivons les mêmes routes invisibles mais parallèles, le quotidien y est habillé de lumières et de chants d'oiseaux.
    Il y a des parfums d'enfance, des amitiés et des sourires, la vie ...

Les commentaires sont fermés.