La convalescence

Je venais à peine de sortir d'une forte fièvre.
Je commençais ma convalescence.
Les yeux clos et couchée encore tout en haut de la Maison,
j'entendais les bruits du Bas :
le tintement de la vaisselle que l'on sortait de la crédence, le rythme d'une porte battante, les éclats de rire de Jean et de Clémence et les joyeux caprices de l'enfance sous la table parée pour dimanche.
Je me suis surprise à sourire alors
et à me rêver à ma juste place, 
au centre de la Vie,
comme un soleil d'aurore
d'où irradiaient tous ces bruits d'or.

 

Géraldine Andrée

Les commentaires sont fermés.