Des beaux jours,

Des beaux jours, 
là-bas,
il ne reste 
rien :

 

pas une barrette d'or,
pas une épingle à nourrice,
pas un foulard,
pas un message de retour,

 

rien,
hormis peut-être,
deux pétales
qui gisent

 

près de la fenêtre
et que chaque 
pas
nouveau

 

qui entre
dans la chambre
foule encore
et encore,

 

deux pétales
que personne
ne voit
et qui se sont détachés

 

jadis
ensemble
de la corolle
de notre âme...

 

Géraldine Andrée

Les commentaires sont fermés.