Une chambre en Chine

J'ai une chambre qui m'attend en Chine
avec sa table d'ébène où mon futur cahier de souvenirs est posé,
sa lampe rouge qui éclaire le grand miroir,
son silence qui respire comme un nouveau-né,
sa nuit qu'étoilent les lueurs fauves des insectes remontant le Fleuve Jaune.
Le matin, la fenêtre s'ouvre sur le chant de la volière entourée de lumière,
signe que Madame Minh va m'apporter le thé et changer le bouquet de roses.
Dans le grand miroir, je peux reconnaître mon visage d'autrefois et me voir lisser mes longs cheveux noirs avec le peigne de bois blanc.
J'ai une chambre qui m'attend en Chine depuis l'avant-dernière vie.
Elle me dit : 
Hâte-toi de venir
te reposer !
Hâte-toi de t'éveiller 
là où tu es née
il y a si longtemps !

 

Géraldine Andrée

Les commentaires sont fermés.