Vocation

J'aime les matins 
d'octobre,
quand le temps 
accroche
avec des boucles
invisibles

 

des gouttes
de rosée 
aux têtes
des herbes
et des plantes
sauvages.

 

C'est une rosée 
fraîche
qui annonce 
le givre
de novembre
mais qui tremble,

 

riche
de toutes
ses lueurs
nouvelles
qu'elle répète
de feuille en feuille.

 

Les matins d'octobre
d'aujourd'hui
me font songer
aux aubes
de jadis
quand j'allais à l'école.

 

Ce que j'aimais le plus,
c'était me réveiller
les jours
de poésie.
Le cours
avait lieu

 

en première heure.
Je mettais alors
mon plus beau collier
et le cou
ainsi paré,
je me promettais

 

de faire luire
par ma voix
tous les mots
sans exception
du poème
que j'avais appris

 

par coeur.
Bien sûr,
je n'y parvenais
pas toujours
et malgré les reproches
du professeur,

 

je rendais
plus forte
mon intention
d'allumer
à la prochaine
heure

 

de poésie
à réciter
devant tout 
le monde
autant 
de mots

 

que de gouttes
de rosée
sur les visages
levés 
des camarades
qui m'écoutaient.

 

Géraldine Andrée

Les commentaires sont fermés.