vie

  • Le signe

    Cette aile

    qui bat

    dans la lumière

    des feuilles

     

    je sais

    que c'est

    ton clin

    d'oeil

     

    le signe

    selon lequel

    je ne suis pas seule

    sur le chemin

     

    qui me mène

    à la destination

    écrite

    depuis l'instant

     

    initial

    avec une goutte

    de bleu

    originel

     

     

    Géraldine Andrée

  • La voix intérieure

    Ta voix n'est plus là.
    Et pourtant, elle m'annonce
    dans le silence,

     

    le retour des fleurs,
    le rajeunissement de la lumière,
    le chant des chemins,
    la floraison des roses,
    le jardin ouvert
    sur la maison de vacances.

     

    Ta voix absente
    a mon coeur
    pour demeure.

     

    Ta voix qui s'est tue
    est devenue
    intérieure.

     

    Géraldine Andrée

  • Autour du bouquet de roses

    Autour du bouquet
    de roses,
    le sujet
    de conversation

    concerne
    l'évolution
    de la situation
    boursière:

    chacun
    déploie
    sa force
    de persuasion;

    certains
    se mettent
    même
    en colère

    pour,
    disent-ils,
    changer le cours
    des choses...

    Et moi?
    Moi,
    je caresse
    la peau

    fraîche
    des pêches
    à l'ombre
    des roses.

    Géraldine Andrée

  • L'éclat de ta voix

    J'entends ta voix
    dans la nuit
    alors que tu nous as quittés
    il y a des années

    Elle possède la clarté absolue
    de ta voix de jadis 
    qui s'allumait
    dans notre vie

    lorsque tes paroles
    couraient
    d'une chambre
    à l'autre

    comme des enfants
    dont le jeu
    se prolonge
    tard
    dans l'ombre

    Ainsi je songe
    en ma longue
    nuit d'aujourd'hui
    que ta voix ressemble

    à cette étoile
    qui nous envoie
    son éclat
    depuis le plus lointain

    des commencements

    alors que son coeur
    indifférent
    à toute mémoire

    s'est éteint
    il y a de cela
    bien longtemps 
    dans le temps noir

    Géraldine Andrée 

  • Rencontre III

    Après
    les longues visites
    que me fit la nuit
    la fièvre aux joues brûlantes

    la toute première
    lumière
    qui m'est offerte
    est celle

    du miel
    coulant
    doucement
    sur un peu de pain frais

    raldine Andrée

  • Poévie

    Ouvrir le livre

    et lire un vers

    au hasard

    juste avant le noir

    •••

    Toute la journée

    j'ai pensé

    que la page de l'espoir 

    était tournée

    Mais voici

    que je m'endors

    sur le temps promis  

    d'une poésie

    Où est l'Amie?

    Une rime

    au souffle fidèle

    comme la main 

    M'éveiller demain

    avec les mots d'hier

    qui ont rajeuni

    C'est mon pari

    Je voudrais avoir

    l'éclat des mots

    Servir la vie 

    sans vieillir

    La Poésie me dit

    Vive je suis

    Demain s'écrit

    Aujourd'hui

    Pour mon esprit

    un mouchoir

    Et pour mon coeur

    les mots du soir

    L'étoile d'un poème

    frémit

    Finie la nuit

    de ma peine

    Si vous veillez l'Ami

    ouvrez je vous prie

    ce livre de vie 

    intitulé Poésies 

    Laissez le hasard

    choisir

    un vers d'espoir

    avant le noir

    •••

    Geraldine

     

     

     

     

     

  • Quel est ce mystère?

    decouverte, quete, identiteTout s'en va

    sur la rivière

    Tout s'en va

    sans espoir de retour

     

    Malheurs et bonheurs

    deuils et projets

    désillusions et désirs

    rêves et vérités

     

    glissent 

    légers

    comme un foulard

    dénoué

     

    Mes mains sondent l'eau

     et sentent combien

    la Vie se soumet

    à sa propre puissance 

     

    Les circonstances

    qui m'emportèrent

    jadis

    passent sans moi 

     

    Mais si je m'endors 

    inconnue

    dans la calme vertu

    de l'oubli

     

    j'entends toujours

    le souffle de l'onde

    remuer l'âme

    de mes murmures

     

    Exilée  

    au bout de mes jours   

      je me vois alors

    de retour

    Geraldine

  • Ecoute,

    même le poème

    suspend son souffle

     pour te laisser

    respirer...

    Geraldine

  • La fileuse

    Numériser0010
    Claire près de la fenêtre

    file la lumière

    elle démêle aussi

    les cheveux bleus des voix

    le mystère des fleurs qui poussent

    elle lisse la danse de la brise 

    qui vogue ainsi

    plus douce 

    sur la mousse

    verte du jardin

     

    du bout de ses mains habiles

    Claire défripe

     les couronnes de la vie

    elle délie aussi 

    parfois

    le souffle des nuages

    elle soulève les cils du ciel

     

    chaque matin

    je visite Claire

    quand elle me voit

    elle se lève

    et me sourit

    de tout son visage

    elle marche lentement vers moi

    en ouvrant les bras

    et elle me murmure

    au coin de l'oreille

     

    -J'ai un peu froid

    malgré le soleil

    regarde

    des taches dévorent mes mains

    des fleurs de cimetière on dit

    ne me trouves-tu pas

    trop pâle

    j'espère que demain

    comme aujourd'hui

    je serai là

     

    alors je la rassure

     à mon tour

    je lui murmure

    ne t'inquiète pas

    intimement dans mon coeur

    je le sais

    demain Claire ouvrira

    sa grande fenêtre

     

    et si elle vient

    à disparaître

    pour le temps rond de l'amour

    je la verrai

    là-bas

     sourire dans ses pommettes

    et filer sans fin

    la rêverie jeunette

    de la joie claire

     filer encore

     et toujours

    la belle lumière

                            sonore

                                             du Jour